CARNET DES ARTISTES


JENNY

Une chine ‘Ilimitrof’, dense et diverses dans les langages, les visages et les paysages.

A l'arrivée sur les festivals, on ne sait pas toujours sur quel pied danser, tout semble différent de l’organisation occidentale et cela peut apparaître déstabilisant comme grisant. L'organisation, la régie prend un autre sens ici. Aux différents endroits où nous jouons, tout s'avère possible, parfois au dernier moment, dans l'urgence et parfois impossible aussi. Une réunion d'organisation peut se ponctuer par des tas d'interrogations. Disponibilité, patience et sourire seront les maîtres-mots pour vivre cette aventure chinoise. Bertrand et Yizhuo de l’équipe ArtBirds s'affairent et nous guident dans ce dédale.

Festival de Lijiang

Le festival COART se déroule dans la ville traditionnelle de Lijiang. Pendant plusieurs jours la ville bat au rythme des spectacles en espace public et des concerts. Dans les rues on retrouve aussi bien des concerts d’artistes indépendants, des spectacles traditionnels, des spectacles contemporains, etc.

Je suis surprise par les vives réactions du public avec moi, en interactions ou effrayés. La frontière entre la réalité et la fiction est ténue. Le jeu se développe plus vite qu'en France où l'illusion fait moins effet.

Festival de Macau

Le festival de Macau est organisé pour les habitants et non pas pour les joueurs de casinos. Les représentations sont contrastées, nous jouons dans des artères bondées, puis des parcs déserts. Les réactions du public étaient parfois désintéressés, parfois très curieux, parfois distants, parfois très proche mais toujours appareillés numériquement pour nous prendre en photo.

Festival de Shenzhen

Nous étions dans la ville très moderne de Shenzhen pour 2 semaines. Ce festival est une fête populaire. A l’occasion de l’ouverture, une grande déambulation est organisée dans la ville avec d'autres artistes. Le public surgit de toute part, des mamies, des familles et leurs jeunes enfants, ainsi que des jeunes branchés culture. A cette occasion je renouvelle mon jeu et des rencontres avec le public chinois. 

Festival de Shanghai

Même dans la ville pourtant occidentalisée qu’est Shanghai, l’organisation des déambulations est très éloignée de ce que l’on connaît en Europe. Le public n'a pas l'habitude de suivre des spectacles. Il faut nous adapter à la foule. Un service de sécurité est indispensable pour éviter que les spectateurs ne nous submergent.

L’accompagnement ArtBirds

Bertrand et Yizhuo de l’équipe ArtBirds nous guident pendant toute la tournée. Leur culture franco-chinoise et leur expérience des arts en espace public en Chine nous permettent de vivre cette expérience chinoise.

La culture orientale est très éloignée de la culture occidentale : la relation de proximité aux spectateurs est différente, l'intégration de l'espace urbain ou traditionnelle doit s'intégrer à des villes de quinze à soixante millions d'habitants, l'intimité et les codes de valeur sont chinois et par leurs différence peuvent créer des incompréhensions.

 

Cette expérience est à vivre aussi bien artistiquement qu’humainement.


DAVID

 

La Chine nous ouvre ses portes lors du festival international de théâtre et des arts en espace public de Wuzhen. Appréhension au départ. Pour nous, heu… la Chine, n’est-elle pas le pays de l’excellence technique en matière de cirque…?

Après deux minutes de spectacle, les doutes s’envolent, la technique est une chose, le contenu artistique en est une autre...


MARIE-ANGE

Metamorphoses c'est bien de cela qu'il s'agit. Difficile désormais d'imaginer Wuzhen  sans  artistes. C'est un émerveillement de les croiser au détour des ruelles, sur le places, de les voir passer sur l'eau : danseurs, circassiens, comédiens, musiciens, marionnettistes... pratiquant leur discipline sous tous ses avatars, du plus classique au plus contemporain, maladroits, touchants d'urgence créative ou maitres élégants, éblouissants de technique. La vie est là dans ce très beau décor, elle est de couleurs de costumes, d' éclats des musiques et des voix. Pour nous, c'est à la tombée de la nuit que nous apparaissons, en noir et blanc, et la magie des images remontées du temps opère. La musique électrique envahi la ville, les riff guitare répondent aux mille et une propositions du synthé et  la voix joue à l'opéra et tout le monde rigole et s'étonne de la modernité des images et des instrument étranges, thérémine, boite à meuh et carbotron. A la fin nous sommes heureux  et ravis de ce partage et du plaisir des spectateurs, nous ne savions pas, nous avions un peu peur, mais le travail attentif et généreux reste partout la bonne attitude.